Discours prononcés lors de l’hommage rendu au victimes du terrorisme à Schuman

Mesdames, Messieurs,

Vous trouverez en pièces jointes, les discours qui seront prononcés ce jour par trois victimes membres de l’association Life4Brussels, à l’occasion de l’hommage qui sera rendu aux victimes du terrorisme à Schuman.

Monsieur Edmond Pinczowski, qui a perdu ses deux seuls enfants, Alexander et Sascha Pinczowski, lors des attentats de Zaventem, prononcera un discours en néerlandais. 

Madame Caroline Choplin, survivante de Maelbeek, lira un poème qu’elle a écrit au sujet du choc post-traumatique, qui est devenu son compagnon de route depuis 5 ans maintenant.

C’est ensuite Monsieur Dominique Denoël, un survivant de Maelbeek, qui prononcera un discours en français. Ce discours est le fruit d’une réflexion et d’un travail collectif. Celui de Dominique Denoël, Daniel Soil, Caroline Choplin, Gaetan Meuleman et Jamila Adda.

Pour des questions de timing, les discours initialement prévus ont dû être raccourcis. Nous vous transmettons donc la version initiale des discours, ainsi que les discours qui seront prononcés lors de l’hommage.

Cette année, nous avons souhaité associer et mettre à l’honneur, les secouristes et les policiers, qui sont pour nous les grands oubliés de ces attentats. Ils ont été marqués à jamais par l’horreur à laquelle ils ont dû faire face, et ne parviennent toujours pas à s’en remettre 5 ans après. Ils vivent le choc post-traumatique de la même façon que les victimes elles-mêmes. Et pourtant, l’Etat belge ne leur reconnaît aucun statut. Les intervenants de première ligne ne sont pas considérés comme des victimes, peut-être juste des dommages collatéraux.

On considère que cela fait partie de leur métier. Mais ce qu’on ne dit pas, c’est qu’aucun être humain ne peut faire face aux scènes de guerre et d’horreur auxquelles ils ont été confrontées. 

Les victimes ont également tenu à s’adresser aux autorités afin de souligner le fait qu’il reste encore énormément de douleur, exacerbée par le fait que les victimes aient été abandonnées et livrées à leur sort. Les victimes le souligneront avec dignité car elles seront là avant tout pour se souvenir de celles et ceux qui nous ont quittés le 22 mars 2016. Ces personnes parleront aussi de tout ce qui a été créé grâce à la solidarité des uns et des autres. De l’horreur a jailli la lumière

Il sera fait mention du procès pénal qui s’ouvrira en 2022. Pour les victimes, les 5 ans ne marquent pas encore une « fin », mais le début d’un nouveau combat

Monsieur Edmond Picznowski parlera principalement de ses deux enfants qui nous ont quittés, et des 30 autres victimes du 22 mars 2016des autres victimes belges du terrorisme, mais aussi des victimes du terrorisme à travers le monde. Chaque jour, des hommes, des femmes et des enfants en sont victimes, qu’ils vivent non loin de nous ou dans des contrées éloignées. 

Il était impossible pour ces victimes, de ne pas parler de la souffrance qui est encore et toujours présente aujourd’hui. Celle-ci devait prendre part dans leur discours ! Mais ce qui devait ressortir dans ces discours, c’est la dignité, la solidarité et le courage dont les victimes font preuve afin de faire face à cette souffrance. 

Pour toute question, n’hésitez pas à contacter:

Monsieur Dominique Denoël : 0473/91.71.67

Madame Caroline Choplin : +33 6 31050524

Monsieur Edmond Pinczowski: e.pinczowski@gmail.com

Le Conseil d’administration de l’AISBL Life4Brussels

Share This