Alexander Pinczowski, 29 ans

Alexander Pinczowski,

Le 22 mars 2019, à l’occasion des commémorations de Zaventem, Marjan Pinczowski-Fasbender, la maman d’Alexander Pinczowsi, décédé le 22 mars 2016, prononçait un discours des plus poignants.

Le 21 mars, il y a 42 ans, « elle échangeait ses vœux de mariage avec son mari. Le premier jour du printemps avait été tout spécialement choisi. Il s’agissait d’une journée spéciale qui était célébrée chez les Pinczowski.
C’est ce qu’ils ont fait le 21 mars 2016, à quatre, sans savoir que ce serait leur dernière nuit ensemble ».

« Ce qui était autrefois un jour de joie est maintenant un jour de douleur, la veille du pire jour de leur vie ».

Marjan et Edmond Pinczowski avaient deux enfants, Alexander et Sascha. Ils perdront tous les deux la vie à l’aéroport de Bruxelles-National, victimes de la folie humaine.

Voici un extrait du discours de Marjan (traduit de l’anglais):
« Je me rends parfaitement compte que nous ne sommes qu’une des nombreuses histoires tristes, mais je suis reconnaissante d’avoir eu l’occasion de parler aujourd’hui de deux personnes merveilleuses, nos enfants. Je sens que plus je peux citer leurs noms, plus je peux garder leur mémoire vivante.

Alexander et Sascha, 29 et 26 ans, ont été brutalement tués en attendant au comptoir d’enregistrement Delta pour leur vol vers New York. Toutes les personnes présentes ici aujourd’hui se souviennent de ce qu’elles faisaient en cette terrible journée de mars. Et je suis sûr que vous vous souvenez encore de l’horreur et de l’incrédulité à ce moment-là, comme si c’était arrivé hier.

Je promenais notre chien avec un groupe d’amis, une belle journée ensoleillée. Mon mari avait déposé les enfants dans le train, qui les emmènerait à l’aéroport, excité d’aller dans la ville qu’ils appelaient chez eux.

À huit heures dix, un de mes amis a lu la nouvelle de l’attaque sur son téléphone et a demandé si nous devions rentrer chez nous. Bien que l’appel de mon mari à notre fils, 20 minutes plus tôt, alors qu’il était sur le point de s’enregistrer, ait été soudainement interrompu, j’étais convaincu qu’ils allaient bien et nous avons continué notre promenade.

À mon retour à la maison, voyant le drame se dérouler à la télévision et incapable de les joindre par téléphone, j’ai décidé que nous devions aller les chercher à l’aéroport. Nous avons emmené notre chien avec nous, sachant qu’ils seraient ravis de le voir et que nous ferions des plans pour le dîner ce soir-là. Maintenant, je regarde en arrière et je me demande quelle naïveté m’a prise. Nous ne les avons pas trouvés ce mardi-là, et il aura fallu encore trois jours de plus, pour que vendredi, vendredi, une identification des corps nous confirme qu’ils n’avaient pas survécu.

Récemment, nous avons vu les images des 10 dernières minutes de leur vie, sur les vidéos de caméras de surveillance. Alors que nous regardions l’horloge… tic-tac…de leurs derniers instants, nous avons été confrontés à l’image du terroriste.

Un jeune homme à l’expression calme, qui aurait pu être l’un de leurs amis. Je ne pense pas souvent à lui. Je pense cependant à sa famille et je me demande s’ils sont fiers de lui? Honteux? Je pense à sa mère et je me demande si elle peut imaginer la dévastation que son enfant a causé à tant d’innocents.

Qu’est-ce qui motive ces hommes? Peut-être faudrait-il faire plus de recherche et investir du temps et de l’argent pour que ces enfants moins privilégiés puissent avoir davantage de chance dans la vie. L’éducation est le mot clé, je pense.« 

Repose en paix Alexander 🙏🏻❤

Share This